Ecole Spéciale de Brazzaville

"Il ne faut pas refuser secours à la ronce qui veut devenir rose" (Paul Claudel)

  • Facebook Social Icon

Depuis 1975, l’École Spéciale de Brazzaville scolarise gratuitement les plus exclus du système scolaire congolais : handicapés physiques ou mentaux, élèves déscolarisés ou en fort retard scolaire, jeunes malades, élèves issus de milieux défavorisés.

L’école leur permet d’acquérir les bases fondamentales de la connaissance : lire, écrire, compter. Elle propose des ateliers professionnels afin de former ses élèves à différents métiers.

​Le mot du président

Il y a 20 ans, Andrée et Jérôme Schuhmann créaient avec quelques amis notre association, appelée simplement « Les amis de l’École Spéciale de Brazzaville ». Son objectif: fédérer les soutiens à l’école en réunissant ses amis. Leur but : poursuivre l’aventure de l’École Spéciale.

 

L’école, créée en 1975 par Sœur Marguerite Tiberghien, Fille de la Charité, remet en selle les laissés pour compte de l’école primaire, trop pauvres, trop vieux ou handicapés.

 

Le point commun à beaucoup d’eux : la rencontre de Sœur Marguerite lors d’un séjour à Brazzaville. Impossible de résister à son enthousiasme, à sa foi : « ensemble, on peut tout faire ».  Impossible de rester insensible au besoin criant d’éducation primaire pour tous : « Il ne faut pas refuser secours à la ronce qui veut devenir rose » est la pensée de Paul Claudel qu’elle a choisie comme devise pour l’École.

 

« L’École est un miracle d’amitié », aime à répéter Sœur Marguerite. Malgré les guerres et les conflits, ce miracle dure depuis plus de 40 ans, dont 20 avec le soutien actif de l’Association.

 

Merci à vous tous qui, à travers votre participation, aussi modeste soit-elle, assurez un avenir à plus de 1500 enfants chaque année.